INTERSECTIONS

Intersections

Plus d’une année dont 7 mois de mix chirurgical et un casting d’invités éclectique sont réquisitionnés pour l’exigent Intersections. Lena du groupe electro-indus Jabberwock pour la voix sensuelle et scénique, Stan ami et batteur de Venitia, band metal gothic produit par Paul Kendall (The Cure, Nick Cave, NIN…), l’ingénieux groupe pop en poupe Pilot pour le mix plus la participation de plusieurs directeurs artistiques pour le visuel… Résultat : les structures s’étendent, les touches metal et orchestrales se renforcent, les mélodies s’épurent et s’humanisent. DepecheMode, Mike Patton, John Carpenter, Trent Reznor, David Lynch, Michael Mann, John Barry, Ry Cooder, Brian Eno ou Jan Hammer ne rôdent parfois pas loin.
Sur la toile, sans promo ni live, le feedback anglo-saxon est conséquent. Parlant autant aux mélomanes qu’aux cinéphiles, le refrain “When rock & films fuck together” fait écho. Peut-être parce que la rigueur hybride et curieuse d’Hollywood et la sub-culture parlent aussi à Elvin Road.

itunes_icon_large

 


 

FRENCH PRESS/WEB REVIEW :

 

“Antoine Saison et ses invités font vibrer les murs tout en défiant les conventions, afin de proposer le meilleur d’un son nouveau où rigueur et qualité de production se côtoient en un même souci d’excellence.”

L’Écran fantastique

 

“D’une élégante noirceur, riche de mille reflets et soigné, cet opus en laisse présager d’autres aussi intenses. Tant mieux !”

CinéLive

 

“L’album est donc incontestablement une réussite…en attendant le prochain chapitre des aventures d’Elvin Road, n’hésitez pas à jeter une oreille (voire deux) sur cet album…”

La Grosse Radio

 

“À l’inverse d’une B.O. classique, Intersections, lui, crée le film. Elvin Road pourrait bien composer un jour pour David Lynch… ! En attendant, nous nous contenterons de cet excellent premier opus, qui fait d’Elvin Road un groupe français hors norme à suivre de très près.”

8/10 Oh my gore !

 

“Intersections est la B.O. d’un film imaginaire et donc unique : celui que chacun se fait lui-même dans sa tête et qui peut varier à chaque écoute. Pari réussi pour Elvin Road.”

VS Webzine

 

“ELVIN ROAD est un groupe/concept à suivre de très près, parce qu’Antoine a encore de nombreuses surprises à nous dévoiler, j’en suis persuadé.”

Metal impact

 

 

 

 

MONSTERS

old movie still styled image of a woman holding a pillow in the darkness

3 années ont passé depuis Intersections, précédent opus d’Elvin Road.

3 années pour provoquer et maîtriser l’accouchement de son nouveau bébé : Monsters… et d’un nouveau line-up plus rock et vocal. Pilöt est toujours aux commandes du mix le réputé studio Question de son et Lena du groupe Jabberwock en renfort mais aussi de nouvelles voix, depechemodiennes et australiennes. Encouragé par le succès critique du 1er né, Elvin Road met au monde un rejeton tout aussi pelliculé mais définitivement plus spontané et charnel. Monsters se nourrit de thématiques affectives, folles ou délicates, guerrières ou glamoureuses promptes à exciter le beat 80’s et réveiller le rêve. Sur le sable de Monterey by night ou dans une chambre d’amis, le monstrueux règne partout. Et quitte à nourrir l’imagination du public, autant le faire sans ambages : en live. L’International par exemple où Elvin Road en tête d’affiche d’Albumrock.net partage la scène avec les américains de Portugal the man. Venez donc le saluer, il vous tend ses griffes.

 itunes_icon_large

 

FRENCH PRESS/WEB REVIEW :

 

 “Si le cinéma possède son Lost Highway (David Lynch sombre et haletant comme jamais), le rock français a désormais son Monsters, une œuvre prometteuse qui nous laisse espérer des réalisations futures parfaitement excitantes. A suivre de très près, donc… “
ALBUMROCK.NET (groupe du mois)

 

 “Encore plus riche et maîtrisé (voir même un peu plus facile d’accès) que son premier volet, MONSTERS a tout de la suite idéale à ce qui deviendra, on l’espère vivement, une monstrueuse trilogie au rang aussi douloureux que prestigieux des œuvres ’inclassables’. Inutile, donc, de rester caché plus longtemps derrière votre oreiller, il est des monstres qu’il fait bon laisser entrer… aussi sinueux ou imprévisibles soient-ils…”
Vivien Lejeune (L’ECRAN FANTASTIQUE)

 

 “Mené par Antoine Saison, ce projet musical adopte en effet une forme des plus surprenantes… Les influences fusent de l’électro au métal en passant par des passages planants. Mais Monsters se montre également aussi imprévisible que varié… il nous a justement séduit parce qu’il réussit à synthétiser divers courants musicaux que nous apprécions, et ce de manière très harmonieuse. Ce contraste entre les ambiances permet d’ailleurs une écoute de l’album en boucle sans que cela ne produise une impression de répétition. “
DEVILDEAD

 

 
 “Avec ELVIN ROAD, il suffit de fermer les yeux et de se laisser porter par le son qui sort des enceintes.”
VS (Violent solutions)

 

 

 

CD Album Monsters (13€ envoi sur pochette carton XS) disponible sur demande par mail.